Sardine de l'espace T.8 ; les secrets de l'univers

(Scénariste), (Dessinateur)

À propos

Dix aventures avec Sardine et toute sa bande : Supermuscleman subit l'inspection des dictateurs ; Sardine et P'tit Lulu échangent leurs rôles ; un fan visite le vaisseau de la troupe et se comporte très mal ; il faut sauver Jules Verne prisonnier de Supermuscleman ! ; un dictateur qui est martyrisé par ses nouveaux gardes du corps ; puis qui crée un parc d'attractions pour lutter contre l'ennui ; Sardine et P'tit Lulu visitent un gigantesque aquarium et enfin, partent à la découverte des secrets de l'univers !...

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Tout public > Humour

  • EAN

    9782205088069

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    105 Pages

  • Poids

    52 070 Ko

  • Série

    sardine de l'espace

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Izneo

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Emmanuel Guibert

Emmanuel Guibert est né à Paris en 1964. Après un bac de lettres, il suit pendant un an les cours de l'école Hourdé avant de se diriger vers les Arts Déco de Paris, qu'il délaissera finalement après six mois au profit du monde professionnel. Son premier album, "Brune", nécessitera sept ans de travail. Cet ouvrage paraît en 1992 chez Albin Michel. Son auteur rejoint ensuite un petit cercle de jeunes dessinateurs cherchant à renouveler l'univers de la bande dessinée : de sa rencontre avec L'Association naîtra ainsi une suite de récits aussi riches qu'étonnants dans le magazine "Lapin".

En posant ses valises à l'Atelier des Vosges, à Paris, il commence à côtoyer Boilet, Tronchet, Bravo, Blain et Sfar. C'est d'ailleurs avec ce dernier qu'il dessine les péripéties d'une facétieuse momie égarée dans les rues de Londres à la fin du siècle dernier : publiée en 1997 dans la collection "Humour libre" de Dupuis, "La Fille du professeur" sera plébiscité à Angoulême par l'Alph'Art Coup de Coeur et le Prix René Goscinny. Plus tard, dès 2001, le duo imagine la série des "Olives noires" (Dupuis) - la vie d'un enfant juif en Judée il y a 2000 ans racontée avec justesse et modernité. Sfar et Guibert s'allient encore pour donner naissance à "Sardine de l'espace" (Bayard Presse, Dargaud), le premier au dessin, le second au scénario avant qu'il ne reprenne à son tour l'illustration.

Son entrée au label "Aire Libre" de Dupuis s'opère au nouveau millénaire avec "Le Capitaine écarlate", sur un scénario de David B. Une aventure fantastique, au style singulier, qui confirme le talent de Guibert pour illustrer des histoires poignantes aux personnages forts et attachants. Et l'émotion, nous la découvrons à l'état brut dans ce qu'on désigne comme son chef-d'oeuvre : "Le Photographe". Cette trilogie entamée en 2003 allie ses dessins aux photographies de Didier Lefèvre et raconte, du point de vue de ce dernier, le déroulement d'une authentique mission humanitaire dans les vallées afghanes en 1986. Pour cette oeuvre exceptionnelle, il fut récompensé par le Prix des libraires de bande dessinée en 2004, l'Essentiel d'Angoulême en 2007 ainsi que les Prix Eisner et Micheluzzi en 2010.
Fort de ces succès, Guibert réalise ensuite plusieurs one-shots, au nombre desquels "L'Enfance d'Alan" (Grand Prix de l'ACBD 2013) et Martha & Alan (sélection officielle du Festival d'Angoulême 2017) à L'Association - succédant à sa trilogie "La Guerre d'Alan" entamée en 2000 aux mêmes éditions. On lui doit aussi la série jeunesse "Ariol" (Bayard Presse), qui totalise une quinzaine d'albums et a fait l'objet d'adaptations en dessin animé. Il publie également des livres de croquis tels "La Campagne à la mer" (2002), "Le Pavé de Paris" (2004), "Japonais" (2008) chez Futuropolis et « Italia" (Dupuis, 2015).
Il collabore avec le reporter-photographe Alain Keler pour un livre sur les communautés roms d'Europe intitulé "Des nouvelles d'Alain" (Les Arènes, 2011).
Fait Chevalier de l'Ordre national des Arts et des Lettres, il a reçu en 2017 le Prix René Goscinny pour l'ensemble de son oeuvre.
En 2020, Emmanuel Guibert est élu Grand Prix du 47e Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Mathieu Sapin

Né en 1974, Mathieu Sapin reste, avec une quarantaine de livres à son actif, un des auteurs les plus insaisissables de sa génération. Il mélange les genres et les casquettes, multiplie les aventures éditoriales fascinantes. Comme sa mère était bibliothécaire (son père archéologue), il a eu, gamin, dans les mains des albums qui ne lui étaient pas destinés. Si bien que, depuis ses débuts dans l'édition, il pratique le grand écart entre ?uvres pour adultes et pour la jeunesse.

Après avoir appris à dessiner aux Arts Déco de Strasbourg, il effectue son objection de conscience à la Cité Nationale de la Bande Dessinée et de l'Image à Angoulême. En même temps qu'il réalise des travaux d'adaptation littéraire ou d'illustration pour les magazines de Bayard Presse (Je Bouquine, Grain de Soleil) il publie des planches délirantes dans la revue underground le Psikopat. En s'inspirant du Fantôme, la série d'aventure très 1er degré de l'Américain Lee Falk, il invente son personnage phare, Supermurgeman. Dindon de la farce de ses propres aventures, cet anti-héros tire sa force des bières qu'il ingurgite !

Feuilletoniste moderne, il dissémine des coups de théâtre dans les albums de Supermurgeman (trois chez Dargaud, le premier aux Requins Marteaux) mais aussi dans Le Journal de la Jungle, Salade de Fluits ou Saga Poche. Ses personnages vont parfois d'une série à l'autre. Dans Le Chant du rastaman, l'album de Francis Blatte, gentil illuminé qui se croit en contact avec l'esprit de Bob Marley, on croise Paulette Comète, l'étudiante qui revêt la nuit son costume de Justicière à mi-temps. Précisons que c'est Christian Rossi, dessinateur au trait réaliste (Jim Cutlass, WEST) qui s'amuse à mettre en image les aventures de Paulette.

Aucun style n'effraie celui qui partage l'atelier de la Société National de Bandes Dessinée avec Christophe Blain, Riad Sattouf et Joann Sfar. Mathieu, avec Patrick Pion (Chrome, C?ur de glace) au pinceau, s'est attaqué à l'heroïc fantasy avec Megaron (deux volumes) en jouant, comme d'habitude, avec les codes. Il aime aussi se mettre au service des autres. Depuis Les Secrets de l'univers, il anime une des séries préférées des enfants, Sardine de l'espace, sur scénario d'Emmanuel Guibert. Autre carton chez les jeunes : Akissi (2 volumes, Gallimard), petite s?ur d'Aya de Youpougon inventée par Marguerite Abouet.

Pour la collection Shampooing de Lewis Trondheim, Mathieu a ajouté une nouvelle corde à son arc, celui du reportage dessiné. Que ce soit sur la conception du film Gainsbourg une vie héroïque (Feuille de Chou – Journal d'un tournage et Feuille de Chou – Journal d'un après-tournage) ou du journal Libération (Journal d'un Journal), il promène son regard amusé et faussement innocent. Enfin, ce prolifique auteur est présent sur internet avec le blog « Jus de Fluits » : http://blogs.lexpress.fr/bd/

empty