Aude Seigne

  • Lectrice du monde et d'elle-même, Aude Seigne, bourlingueuse du 21e siècle, écrit avec une acuité et une souplesse inédites sur le voyage et ses amours lointaines.
    Le voyage ? Un exercice de légèreté. Un ravissement aussi : parce que parfois la beauté est terrassante, complète, trop forte, une illumination, une sorte d'orgasme métaphysique tremblant. Chroniques de l'Occident nomade a tout d'un roman d'apprentissage. Aude Seigne tâtonne autour du globe comme dans sa narration, elle le sait et le revendique. Le voyage certes, mais pour être plus présente au monde.

  • Sous nos trottoirs et nos océans, des millions de mails transitent chaque seconde à travers des câbles qui irriguent notre monde. Surfant sur ce flux continu, Pénélope, June, Birgit et Lu Pan mènent leur existence de « millénials » aux quatre coins de la planète. Fascination ou familiarité, dépendance ou dégoût, leur rapport au web oscille, dans leur travail comme dans leur vie amoureuse. En découvrant l'univers de boîtes et de fils qui les relient bien plus concrètement qu'ils n'imaginent, ils élaborent un plan vertigineux pour atteindre leur but commun : mener une existence hors de la Toile.

    Ce roman est un génial selfie du monde contemporain, dans lequel virtuel et réel sont toujours plus intriqués.

    Prix Nicolas Bouvier au Festival Etonnants voyageurs à Saint Malo pour Chroniques de l'Occident nomade (Zoé, 2012), Aude Seigne a ensuite publié en 2015 Les Neiges de Damas. Quand elle n'est pas en voyage, elle vit à Genève.

  • Les neiges de Damas

    Aude Seigne

    Voici un livre sur Damas qui ne parle pas de Damas. C'est un hivernage intime, un trajet de taupe, un enfouissement. Une saison d'hiver passée en 2008 dans le sous terrain du musée national de Damas à dépoussiérer, photographier et répertorier des tablettes sumériennes. Alice raconte cette aventure six ans plus tard quand la Syrie n'est plus celle qu'elle a connue. Alice est une jeune femme qui, quittant l'adolescence, perd l'illusion que l'âge adulte est un état plane et heureux, qui serait le résultat du chemin tortueux de l'adolescence.

    Aude Seigne a de l'appétit, et sa faim est plus grande que le doute, pourtant constant chez elle. Sa curiosité est immense, réjouissante et captivante. Sa finesse d'analyse douce et précise. Son ouverture sur le monde lumineuse. Sur Les Neiges de Damas, elle dit : « C'est un nouveau type de voyage. C'est un livre contre l'obligation de conclure. » C'est un livre de la génération de ceux qui regardent le monde depuis l'après mur de Berlin. Une écriture non pas militante mais engagée d'une grande voyageuse au repos, qui cherche à apprendre à être heureuse avec des questions plutôt que des réponses.

  • Un Groenland progressivement hostile, un Monténégro sous les cendres, une campagne française inquiétante et déserte : le décor de Stand-by est planté, place à l'action !

    Alix a quitté Paris et entame une longue marche à travers la France, bravant les risques que peut courir une jeune femme isolée en pleine campagne.

    Nora, Vasko et Virgile décident de partir pour Podgorica, où Vasko est attendu pour l'ouverture du testament de son père. Ils seront accueillis par l'oncle Aden, l'étrange frère du défunt.

    Quant aux Greens Teens, ils sont condamnés à espérer un avion qui ne vient pas. Mais c'est sans compter un nouvel accident tragique qui va transformer leur attente en enfer.

    Ils sont nés entre 1985 et 1988 en Suisse romande, sont membres de l'AJAR, écrivent tous les trois, adorent les séries, - sont comme les doigts de la main qui a écrit Stand-by. Quand ils ne travaillent pas sur ce projet, Aude Seigne publie, programme, voyage et fabrique des cosmétiques ; Daniel Vuataz lit, monte dans des trains, s'occupe de sa fille ou joue de la musique ; Bruno Pellegrino s'attelle à d'autres textes, fait des recherches à l'université tout en parcourant le monde.

  • Lorsqu'un volcan dans la région de Naples entre en éruption, un prodigieux nuage de cendres paralyse progressivement l'Europe, clouant les avions au sol et brouillant les communications. Sur le point de s'envoler pour New York depuis Paris, Alix Franzen doit revoir ses plans. Au Monténégro, Nora, Vasko et Virgile, trois adolescents, se retrouvent sans adultes et découvrent l'indépendance, grisante et inquiétante. Au même moment, les Green Teens - une équipe de jeunes Européens qui accomplissent leur Service climatique obligatoire - reste bloquée au coeur du Groenland, loin de tout secours. Voici le récit des premières vingt-quatre heures qui suivent l'éruption.

  • Au Groenland, la neige engloutit les repères, tandis que les cendres commencent de voiler le ciel français. Sur les paysages monténégrins, les pluies acides laissent des sillons noirs.Le supervolcan « crache, depuis des jours, des milliers d'années de roches patiemment mitonnées », et les protagonistes de Stand-by sont confrontés à de nouvelles réalités : l'oncle Aden a du sang sur les mains ; la mort frappe les Green Teens ; Alix n'est plus seule sur la route.

    Aude Seigne, Bruno Pellegrino et Daniel Vuataz sont des frères et soeur, des meilleurs amis : la connivence est puissante, l'écriture à six mains leur vient avec un naturel épatant. En dehors, ils se retrouvent régulièrement au sein de l'AJAR. Derniers romans en date, Une toile large comme le monde d'Aude Seigne (08.2017) et Là-bas, août est un mois d'automne de Bruno Pellegrino (01.2018).Quant à Frédéric Pajak, il continue de rythmer Stand-by de ses dessins et de ses ambiances.

  • Une semaine après l'éruption, Alix a décidé de gagner l'épicentre du volcan : un périple dans une Italie apocalyptique.
    Au Groenland, les Green Teens restés au camp sont tirés d'affaire, mais pas le temps de souffler, il faut retrouver les autres, disparus alors qu'ils étaient partis chercher de l'aide.
    Virgile, Nora et Vasko, sont peut-être des criminels : à Podgorica, les ados ont découvrent in extremis qu'Aden, l'oncle de Vasko, est un fratricide. En fuite après avoir laissé derrière eux le corps d'Aden inanimé, ils plongent dans l'excitation et la paranoïa.

    Le temps accélère, les actions se densifient : pas de happy end artificiel pour ce dernier épisode, mais un véritable cliff-hanger qui marque la fin de la première saison tout en laissant des ouvertures pour une suite éventuelle.

empty