• Une incroyable traversée du XX e siècle : l'histoire romancée d'Evelyne Pisier et de sa mère, deux femmes puissantes en quête de liberté.
    Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
    À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu'au jour où elle lit
    Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C'est la naissance d'une conscience, le début de la liberté.
    De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l'avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s'ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n'a qu'un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu'elle y fera la rencontre d'un certain Fidel Castro...
    Et soudain, la liberté, c'est aussi l'histoire d'un roman qui s'écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d'une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent - un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s'arrêter en février 2017, au décès d'Evelyne. Rien ne s'arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit.
    Découvrez le nouveau roman de Caroline Laurent,
    Rivage de la colère, finaliste de plusieurs prix :

    Prix des Maisons de le Presse 2020
    Prix France Bleue / Page des Libraires
    Prix des libraires
    Prix Françoise Sagan- Prix Marguerite Duras 2017 - Prix Première Plume 2017 (Furet du Nord) - Talent à découvrir Cultura 2017 - Sélection Prix du Style 2017 - Sélection Page des Libraires 2017 - Grand prix des lycéennes ELLE

  • Renato, dit le Kanak, est un simple gardien de la paix. Un costaud au grand coeur qui a quitté la Nouvelle-Calédonie pour le SRPJ de Toulouse. Foncièrement honnête, toujours prêt à rendre service, il donne du « gros chameau » aux gens qu'il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. À la brigade des Stups, il refuse de participer aux magouilles de ses collègues et préfère rêver au jour où il retrouvera son île et la culture de ses ancêtres. Mais lorsque au cours d'une perquisition, il tombe sur un couple d'Africains massacrés à la machette, il se fait un devoir d'élucider ces meurtres. Remontant la piste d'une terrible vengeance et du génocide rwandais, le Kanak découvre une histoire où les
    bourreaux d'hier sont les victimes d'aujourd'hui. Où l'homme fabrique ses propres démons.

  • Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu'il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. Il vient d'être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à coeur leurs nouvelles missions. La mort d'un homme dans un compacteur à déchets inaugure une série de disparitions frappant des accros aux jeux d'argent. Tous les cadavres sont retrouvés porteurs d'une énigmatique dame de pique. Alors que le Kanak plonge dans l'univers des cercles clandestins et des paris truqués, il aimerait bien éclaircir une autre énigme : pourquoi sa vieille amie et compatriote, Diamant Noir, s'est-elle autrefois éloignée de son grand-père, le roi de l'île de Pins ? Hélas, il est plus facile de se retrouver dans les méandres des tripots que dans ceux de l'âme humaine.

  • La biodiversité calédonienne, reconnue comme l´une des plus exceptionnelles avec son fort taux d´endémisme, est largement menacée par l´introduction de nouvelles espèces. Il est donc important de protéger l´écosystème calédonien, à la fois riche et vulnérable, des espèces envahissantes, l´une des principales causes de perte de la biodiversité à l´échelle mondiale. Face à cette menace, le Gouvernement et les trois provinces de Nouvelle-Calédonie souhaitent mettre en place une structure collective afin de définir les orientations stratégiques nécessaires pour préserver et conserver leur biodiversité. Elles ont ainsi voulu qu´un état des connaissances soit dressé et qu´une réflexion soit menée sur la prévention, la détection précoce, l´intervention rapide, l´éradication, le confinement et le contrôle des espèces envahissantes. Cette expertise collégiale apporte les éléments nécessaires à la construction d´un système de biosécurité pertinent et efficace pour l´archipel néo-calédonien. The introduction of new species poses a major threat to New Caledonia´s biodiversity, widely known for its exceptional quality and high rate of endemism. It is therefore important to protect New Caledonia´s rich but vulnerable ecosystem from invasive species, which are one of the main causes of biodiversity loss worldwide. Confronted with this threat, the Government and the three Provinces of New Caledonia wish to set up a collective structure to define the necessary strategic guidelines for protecting and conserving biodiversity. They also wanted a state-of-the-art report and analysis of the prevention, early detection, rapid response, eradication, containment and control of invasive species. This expert group review provides the necessary elements for designing a biosecurity system that will be effective and relevant to the New Caledonian archipelago.

  • La Nouvelle-Calédonie nous est contée à travers l'histoire de trois jeunes personnes : François Barou, descendant d'une famille indonésienne émigrée, Livége Canelli, descendante de bagnards européens exilés et Carl Desvilles, fils d'émigrés lillois. Tous évoluent sur le « caillou » (surnom donné à la Nouvelle-Calédonie) et leurs déplacements sont autant d'occasions de s'instruire sur l'histoire, la sociologie et la géographie de cette île captivante.




  • Emmanuel Istivie

    (1867- ?)




    "
    En face le bagne de Nou et fermant l'admirable baie de Nouméa, une langue de terre, aride et desséchée, - sur laquelle s'élèvent quelques hideuses constructions, à l'aspect vétuste et repoussant, - étend dans les eaux vertes du Pacifique ses grèves, sur le bord desquelles les déportés de la Commune venaient autrefois chercher un peu de fraîcheur, ou rêver à la patrie absente, l'esprit bercé par le murmure rythmé de l'océan, venant battre de son flot les roches madréporiques du rivage..."



    Emmanuel Istivie, hâvrais d'origine, fut comptable et agent d'affaires en Nouvelle Calédonie. A l'occasion, il écrivait des articles pour la presse locale.


    "Vers la liberté !" relate le périple romancé de trois évadés du bagne de Nouvelle Calédonie, Torrès, Coco et le Parigot, à travers l'Australie.
    Arriverons-ils à bon port, c'est-à-dire la Suisse, vus les dangers encourus : climat, désert, faune, police australienne, indigène, maladies ?


    A la suite de "Vers la liberté !", Emmanuel Istivie nous offre une nouvelle sur la rébellion canaque de 1878.

  • Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, vingt mille hommes sont déployés en Nouvelle Calédonie. Parmi eux, Jack, un shérif adjoint natif de l´État de Louisiane. En 1944, Jack épouse Lisa, une jeune Calédonienne, avant de rentrer au pays en sa compagnie. Dès sa démobilisation, il se retrouve plongé dans une enquête qui le mènera sur les traces d'un passé qui remet en cause l'histoire des états du Sud et celle du pays tout entier... La vieille Louisiane de l´après-guerre n´en finit pas de révéler ses secrets au coeur d´un bayou envoûtant.

  • Dans la banlieue de Brest: une tueuse à gages, un écrivain qui puise dans sa peur l'inspiration pour un nouveau roman, un moniteur d'auto-école enquêteur privé à temps partiel...

    Chasseurs, gibiers, âmes perdues... Tous des macchabées en puissance. Ailleurs, avant, à l'autre bout du monde, sous le soleil harassé du tropique du Capricorne, en Nouvelle-Calédonie, une famille massacrée. Une trentaine de coupables. C'est si loin des brumes bretonnes. Et pourtant... En courant vers le Minotaure jette un regard sans complaisance ni pitié sur un monde en décrépitude qui cache son désespoir derrière les pires vilenies.

    Après La Dernière mort d'Eloi Chamorro, et Trilogie du bord du monde, Pascal Gonthier, dans ce nouveau roman noir plonge dans l'humanité comme on creuse une fosse commune. II touche le fond, racle le sordide, déterre ce qu'on voudrait cacher et oublier à jamais. Un joyau nihiliste.

  • Nouméa vices

    Daniel Zié-Mé

    Nouméa. Le corps d'une jeune Australienne est retrouvé un matin sur la plage du Kuendu-Beach. Un junkie se dénonce pour le meurtre, mais lorsque celui-ci s'avère commandité et que la confession se fait sous l'emprise de datura, l'affaire prend une tournure bien plus complexe pour le commissaire et son équipe... Meurtre passionnel ou acte gratuit ? Vengeance ? Hasard ? Manipulation ? Derrière les paysages de rêve, l'enfer. La presqu'île calédonienne n'échappe pas au vice, l'envers du décor reste le même : drogues, prostitution, voire pire encore. Avec ce polar aussi sombre que malin, Daniel Zié-Mé signe un tableau sans concession de Grande Terre, petit paradis trop proche du soleil pour ne pas se brûler les ailes.

empty