• Je m'appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s'est pas préparé. Française d'origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J'écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J'ai fait quatre ans de thérapie. C'est ma plus longue relation. L'amour, c'était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j'avais besoin et ce qu'il me manquait. Je m'appelle Fatima Daas. Je ne sais pas si je porte bien mon prénom.
    « Le monologue de Fatima Daas se construit par fragments, comme si elle updatait Barthes et Mauriac pour Clichy-sous-Bois. Elle creuse un portrait, tel un sculpteur patient et attentif... ou tel un démineur, conscient que chaque mot pourrait tout faire exploser, et qu'on doit les choisir avec un soin infini. Ici l'écriture cherche à inventer l'impossible : comment tout concilier, comment respirer dans la honte, comment danser dans une impasse jusqu'à ouvrir une porte là où se dressait un mur. Ici, l'écriture triomphe en faisant profil bas, sans chercher à faire trop de bruit, dans un élan de tendresse inouïe pour les siens, et c'est par la délicatesse de son style que Fatima Daas ouvre sa brèche. »
    Virginie Despentes
    Fatima Daas est née en 1995 à Saint-Germain-en-Laye. Ses parents, venus d'Algérie, se sont installés à Clichy-sous-Bois. Elle grandit dans la petite ville de Seine-Saint-Denis, entourée d'une famille nombreuse. Au collège, elle se rebelle, revendique le droit d'exprimer ses idées et écrit ses premiers textes. Elle se définit comme féministe intersectionnelle. La petite dernière est son premier roman.

  • « Voici sans doute mon dernier livre. Il varie sur les deux origines du mot religion, l'une probable, l'autre usuelle : relire et relier. Il ne cesse, en effet, de relire les textes sacrés tout en cheminant le long des mille et une voies qui tissent le réseau global de nos vies, de nos actes, de nos pensées, de nos cultures. En cela, il conclut quelques décennies d'efforts consacrés à lier toutes opérations de synthèse.

    À l'âge analytique - celui des divisions, décompositions, destructions, y compris celle de notre planète - succède celui de la synthèse et de la reconstruction. Nos problèmes contemporains ne peuvent trouver que des solutions globales.

    Comment ne point finir par le religieux, dont on dit qu'il relie, selon un axe vertical, le ciel à la terre, et, horizontalement, les hommes entre eux ? »

    Michel Serres

  • Heureux comme un juif en France ? réflexions d'un rabbin engagé Nouv.

    Bien que la communauté juive soit de plus en plus attaquée sur le sol français, Yann Boissière veut croire qu'elle a toute sa place dans la vie de la nation et qu'elle a les atouts pour apporter sa contribution à notre vivre-ensemble.

    Passant en revue les grands enjeux qui interrogent les juifs de France - l'antisémitisme, la laïcité, le rapport à Israël, le dialogue interreligieux -, l'auteur montre comment le judaïsme peut aujourd'hui faire oeuvre de paix et de liant au sein du cadre républicain.

    Un essai enthousiaste et roboratif, un cri d'amour pour la France.

  • La fin du monde ne survint pas en l'an de grâce 1420. Pourtant, bien des signes l'avaient présagée.

    Les sombres prophéties des chiliastes ne s'accomplirent pas. Ils avaient annoncé la fin des temps avec précision : en février de l'an 1420, le lundi suivant la Sainte-Scolastique. Mais voilà... le lundi passa, vint le mardi puis le mercredi... et rien. Le Temps du Châtiment et de la Vengeance précédant la venue du royaume de Dieu n'advint pas. Mais, pour sûr, on ne s'ennuyait point !
    C'est ce que pensait Reinmar von Bielau, surnommé Reynevan, un savant herboriste lié aux puissants de l'époque, espion et magicien à ses heures. Ce jeune homme, épris de la belle et fougueuse Adèle, l'épouse d'un seigneur silésien vivait des moments de passion inoubliables. Jusqu'au jour où les amants furent surpris par les frères du mari trompé. Ce fut le début des ennuis pour Reynevan...
    Découvrez son destin exceptionnel à travers cette grande fresque d'aventures, par l'auteur best-seller de la saga du Sorceleur. Mêlant Histoire et fantastique, La Trilogie hussite prend place durant les croisades de Bohême, qui façonnèrent l'Europe du XVe siècle.
    Une immersion dans une période passionnante de notre histoire, au fabuleux souffle épique !

  • Véritable best-seller aux Pays-Bas et dans toute l'Europe, le premier roman de Marieke Lucas Rijneveld livre un portrait sauvage et beau d'une enfance brutalement flétrie par le deuil.
    À dix ans, la narratrice de Qui sème le vent vit en rase campagne aux Pays-Bas. Les repas de famille, les travaux de la ferme, les heures passées à observer les crapauds, tout devient par la grâce de son regard un fascinant terrain d'apprentissage. Mais quelques jours avant Noël, après avoir lancé un funeste présage à son grand frère parti patiner sur le lac, son monde va être brusquement bouleversé, tout comme celui de sa famille.
    Au fil d'un texte poignant, la voix de la fillette, bouleversante de justesse, dit la violence d'une enfance vécue dans un monde de non-dits.
    Marieke Lucas Rijneveld, 29 ans, a grandi dans une famille protestante aux Pays-Bas, et vit aujourd'hui à Utrecht. Ce prodige des lettres néerlandaises, célèbre pour ses recueils de poésie, travaille dans une ferme et se consacre à l'écriture.

  • 2000 ans d'histoire d'une famille juive: de cette aube de l'an 70 où le scribe Abraham quitte Jérusalem en flammes à ce jour de 1943 où l'imprimeur Abraham Halter meurt sous les ruines du ghetto de Varsovie, cent générations se transmettent le livre familial, mémoire de l'exil. Jusqu'à Marek Halter, le " dernier scribe ", qui, aujourd'hui, recrée pour nous cette grande aventure. Une oeuvre exemplaire, chargée du souffle de la vérité et de l'âme de l'humanité.
    "Enfin un vrai livre de réconciliation." Jean-Paul II "Marek Halter nous rappelle la longue lignée des meuniers juifs à Narbonne, vignerons à Troyes, scribes à Strasbourg, imprimeurs à Paris pendant la Révolution. Il vient d'ouvrir les premières pages d'un grand livre." François Mitterrand "Une histoire de souffrance et d'espoir, de désir et de volonté, de lutte et d'accomplissement." Shimon Peres "J'aime cette saga qui mène aux sources du judaïsme français. Popularisant ce qui a été la vie des communautés juives au sein de la société française, La Mémoire d'Abraham apporte une contribution très riche à la réconciliation judéo-chrétienne." Simone Veil "Voici donc un événement. Il paraît simple, évident, frais, presque naïf. Et c'est un tournant terrible. Sans plainte. Sans pathétique. Animé, de part en part, d'une joie et d'une confiance d'enfant. Un souffle est là." Philippe Sollers

  • Intelligence artificielle, robotique, transhumanisme... jamais le progrès n'a suscité autant d'interrogations vertigineuses. Saurons-nous profiter de cette révolution sans y perdre notre âme ? Passé par une école de commerce et par la finance avant de rejoindre l'ordre des Dominicains, Éric Salobir nous guide dans le dédale de ces avancées technologiques. Il revendique de vivre à une époque où la science et la spiritualité ne doivent pas s'opposer, mais, plus que jamais, s'appuyer pour relever les immenses défis actuels.
    Fondateur du think tank Optic, qui observe les incidences des nouvelles technologies sur l'humain, et consulteur auprès du Saint-Siège, il favorise dialogues et confrontations entre les représentants d'une Église de 1,313 milliard de catholiques, qui exerce l'une des influences politiques et spirituelles les plus anciennes au monde, et les grands patrons d'un petit territoire californien rassemblant 73 des 143 milliardaires de la tech, qui ont changé la vie quotidienne de milliards d'individus pour le meilleur et pour le pire. Il est vital de jeter un pont entre ces univers aux temporalités si différentes.
    Jamais, affirme Éric Salobir, l'homme n'a été aussi puissant, et aussi perdu face aux deux chocs du XXIe siècle : la révolution numérique et le réchauffement climatique. D'où la question au coeur de ce livre : comment l'éthique et la spiritualité peuvent-elles accompagner l'une et affronter l'autre ?


  • 60 questions sur les 3 religions monothéistes, ainsi que l'hindouisme et le bouddhisme.

    Est-ce que tout le monde croit en dieu ? Combien y a-t-il de dieux ? Prier, ça sert à quoi ? Le paradis, ça existe ? C'est quoi, un rabbin ? Qui est Jésus ? Quand a lieu le ramadan ? Qui est Ganesha ? Pourquoi les bonzes sont-ils en orange ?...

  • La méditation

    Fabrice Midal

    La méditation fait, depuis quelques années, une entrée remarquée en Occident. Son succès grandissant interroge. Faut-il n'y voir qu'une réponse au stress causé par nos sociétés contemporaines ? En revenant aux sources de cette pratique, en particulier aux textes du Bouddha, des moines du nord de la Thaïlande, des maîtres chinois ou japonais ou encore aux écrits des grandes universités monastiques du Tibet, Fabrice Midal nous invite à comprendre la richesse de la pratique méditative. Il explore aussi ses liens avec les différentes spiritualités. Il interroge surtout l'intérêt que lui portent la psychologie, la philosophie, les arts ou encore les neurosciences. Il montre enfin en quoi, parce qu'elle incarne une autre entente de l'être humain, la méditation est une réponse à la crise des temps modernes.

  • « La laïcité est contre les musulmans. » « Les signes religieux n'ont rien à faire dans l'espace public. » « À l'école, on n'a pas le droit de parler des religions. »
    Régulièrement brandie comme argument massue dans les médias et les débats politiques, la laïcité fait l'objet de fantasmes. Dans un contexte de peurs multiples, nombre de discours visent à imposer un « durcissement » de la laïcité dans le but, parfois inavoué, de réduire les libertés qu'elle garantit et de multiplier les interdits qu'elle prévoit. Au risque de la dénaturer et de briser l'équilibre fragile posé par la loi de 1905.
    Les exemples de polémiques à ce sujet se sont multipliés ces dernières années, se focalisant essentiellement sur l'islam.
    Pour sortir des préjugés et garantir un débat serein, il paraît indispensable de se réapproprier point par point la laïcité telle que définie par le droit et telle qu'elle découle de notre histoire : éclaircir les confusions, déconstruire les idées reçues et les représentations fausses.
    Face aux replis identitaires (de tous ordres), aux contestations et aux pressions contre la République, mais aussi face à l'instrumentalisation dangereuse et de plus en plus courante de la laïcité, ce livre s'attache à définir ce qu'elle rend possible et ce qu'elle interdit, et sous quelles conditions.

  • Barbares aux yeux des Grecs et des Romains, figures poétiques pour les Romantiques, héros nationalistes chez les historiens du XIXe siècle, les Gaulois gardent pour nous un certain mystère. Leur brillante civilisation, épanouie seulement en quelques siècles, a été submergée par celles de ses voisins, peut-être parce qu'elle en était trop proche. Grâce aux sources littéraires antiques et aux résultats les plus récents de l'archéologie, c'est à une redécouverte des Gaulois que ce guide convie.

  • Jean-Paul II

    Collectif

    Pour vous, les Éditions Chroniques reviennent sur le destin exceptionnel de Jean-Paul II, le premier pape polonais disparu en 2005 et béatifié en 2011. Encore présent dans tous les esprits, cet ouvrage s'est attaché à retracer en 184 pages et plus de 300

  • Au Québec, sur les bords du lac Saint-Jean, en 1928. Pendant que de nouvelles crues dévastatrices frappent les propriétés des riverains installés sur le pourtour de cette véritable mer intérieure, Emma Cloutier est retrouvée noyée près de la ferme ancestrale.Ce deuil cruel sème la discorde et le mensonge dans la famille Cloutier, surtout lorsque Jacinthe, la soeur aînée de la victime, tente de comprendre ce qui s'est réellement passé. Menant sa propre enquête, elle découvre peu à peu les sombres secrets que préservait jalousement Emma, institutrice à l'allure si sage, que tous croyaient bien connaître... Après le formidable succès  de la saga L'Orpheline des neiges, Marie- Bernadette Dupuy nous entraîne dans un nouveau tourbillon de passions et d'aventures dans les décors fabuleux du Canada.

  • Coran (Le)

    Anonyme

    C'est vers l'an 610 de notre ère que Mahomet, retiré dans une grotte du mont Hira, a vécu la Révélation. L'archange Gabriel se manifeste à lui et lui ordonne de «réciter». De ce verbe vient le mot Coran, qui signifie «récitation», «lecture». La Parole de Dieu est «dictée» au Prophète en arabe, langue à la fois riche et complexe dont la musique et les sonorités font sens.
    La traduction de Jean Grosjean se distingue par le soin extrême apporté au style ainsi que par la fidélité au sens ; en outre, elle restitue le souffle poétique du Coran dans sa beauté sacrale.

  • Dans un monde où les hommes sont submergés par leurs mauvais penchants, seul Noé a trouvé grâce aux yeux de Dieu. Autour de lui, ce n'est que mensonge, violence, lâcheté. Même les voisins de Noé, avec qui il entretenait de bons rapports, sombrent dans l'oisiveté ou le vol. Bientôt, la famille de Noé voit ce dernier plongé dans un projet incroyable: la construction d'une arche gigantesque. Noé obéit en cela aux ordres de Dieu, qui lui a demandé de remplir cette arche d'un couple de chaque animal de la Création, puis de s'y enfermer avec sa famille. Car Dieu a décidé de faire périr sous un vaste déluge le monde qu'il juge trop mauvais. Bientôt, le tonnerre gronde...


  • Un Dictionnaire amoureux pour remettre au centre de nos vies ces hommes et ces femmes à qui l'amour a tout rendu possible, même Dieu, et dont l'exemple est toujours vivant. Un livre pour donner un avant-goût du paradis.

    Qu'est-ce qu'être saint ? Qui sont les saints ? A quoi servent les saints ? Depuis le plus précoce - Jean-Baptiste qui tressaillit de sainteté dans le ventre de sa mère, et le premier des saints - un larron qui montera au Ciel pour avoir ouvert son coeur à Jésus - depuis les plus connus - de Paul de Tarse à Thérèse d'Avila, de François d'Assise à Thérèse de Lisieux en passant par saint Augustin, saint Louis ou encore Jeanne d'Arc, jusqu'aux aux saints les plus inattendus - saint Lucifer, saint Glinglin et saint Frusquin, Christiane Rancé évoque ceux que Renan appelait " les héros de la vie désintéressée ". Il y a ceux qu'elle interroge souvent, et ceux dont elle a fait la rencontre, - Mère Teresa ou Jean-Paul II. Qu'elles soient docteur angélique, docteur séraphique ou docteur de l'amour divin, ces grandes figures ont fondé et ne cessent d'engendrer le cours de l'Histoire. Avec jubilation, érudition et curiosité, l'auteur peint le portrait des saints qui nous sont le plus nécessaires, au travers de vingt siècles et dans tous les pays. Elle aborde par ailleurs les questions qui entourent la sainteté - ses modes, ses méthodes, et ceux qui l'ont célébrée, Emil Cioran, Jean Cocteau, ou Georges Bernanos pour ne citer qu'eux... Elle rappelle aussi les pèlerinages et les révolutions du coeur qu'ils ont suscités.

  • Noyau d'olive

    Erri De Luca

    Erri De Luca fréquente la Bible depuis longtemps. Sa connaissance des Écritures ne doit pourtant rien à la foi ou à un quelconque sentiment religieux : De Luca se dit non croyant, incapable de prier ou de pardonner. Il est néanmoins habité par le texte biblique au point de commencer presque chaque journée par la lecture et la traduction d'un passage. Les courts textes rassemblés ici témoignent de ce corps-à-corps quotidien avec la Bible et de ces exercices matinaux qui lui donnent matière à réfléchir, comme un noyau d'olive qu'il retournerait dans la bouche tout au long de la journée.
    Un ton très personnel caractérise les commentaires de De Luca : leur approche est aisée même pour qui ne connaîtrait pas bien la Bible. Le romancier italien ne cherche pas à s'avancer sur le terrain de la théologie, mais seulement à rendre compte de ses lectures quotidiennes qui résonnent en lui, structurant à la fois sa vie et son écriture. Sa volonté de comprendre le grand texte le conduit la plupart du temps à une attention particulière aux mots hébraïques, à leur sens, oublié ou enfoui par la traduction et la tradition. En reliant à sa vie et à la nôtre des épisodes bibliques souvent connus, il parvient à formuler des observations que le lecteur à son tour n'aura de cesse de retourner dans sa bouche comme un autre noyau d'olive.

  • Marie

    Marek Halter

    Étranger à la subversion ou à la provocation, respectant les croyances de chacun, Marek Halter revisite le plus grand mythe du monde chrétien. Il dévoile la part inconnue de Marie : la jeune fille " avant " la mère. Dans les Évangiles, Marie, figure maternelle, se tient dans l´ombre de Jésus. Sacrée, désincarnée, elle ne semble pas avoir d´existence propre. Pourtant, avant la naissance de Jésus, avant que la parole de son fils soit reconnue comme prophétique, elle fut une jeune fille juive de Nazareth, puis une femme survivant aux horreurs de l´occupation romaine. Qui était la jeune Miryem de Nazareth, celle que les Romains nommeront Marie ?



    /> Dans une Judée martyrisée par la tyrannie d´Hérode le Grand, où tout un peuple désire la révolte mais craint sa propre faiblesse face à la folie de son roi, la jeune Miryem se dresse contre l´inhumanité des hommes et le silence de Dieu. Subtile et volontaire, elle devient familière aussi bien des textes de ses ancêtres que des textes grecs comme de l´enseignement savant des Esséniens de Damas. Cette profonde culture lui permet de faire face à son destin et de comprendre l´avenir de son pays. Elle sait que seul un roi, fils de Dieu, porteur d´une parole de justice universelle, peut engendrer le futur. Cet homme, ce sera son fils. Non seulement elle le mettra au monde, mais elle jouera un rôle capital dans son avènement. C´est elle qui donne naissance à l´un des plus importants bouleversements spirituels du monde...



    Marek Halter fait revivre Marie sous nos yeux, de chair et de sang, avec une verve et un élan romanesque toujours plus aboutis.

  • Féminismes islamiques : un titre qui en fera sursauter beaucoup, y compris parmi celles et ceux qui se pensent à l'abri de tout préjugé. C'est ce que le stéréotype "islam=oppression de la femme" croise partout comme une sous-marin, tantôt en surface et pavillon haut, tantôt dans les profondeurs de l'insconscient. Ce que montre ce livre, le plus souvent on ne le sait pas : que dans les pays où l'islam est la religion dominante, des croyantes puissent lutter pour l'égalité, retourner les textes sacrés contre le patriarcat, s'élever contre les autorités politiques et religieuses qui bafouent les droits des femmes. De l'Egypte à l'Iran, du Maroc à la Syrie, en France, aux Etats-Unis et jusqu'en Malaisie, des intellectuelles, des chercheuses et des militantes sont engagées dans une démarche féministe à l'intérieur du monde religieux musulman. Zahra Ali nous fait entendre leurs voix et propose ainsi de décoloniser le féminisme hégémonique. Zahra Ali est enagée depuis de nombreuses années au sein de dynamiques musulmanes, féministes et antiracistes. Elle est doctorante en sociologie à l'EHESS et à l'IFPO.

  • Sarah, femme d'Abraham, pesait de tout son destin individuel face à Dieu, Tsippora, la Noire, femme de Moïse, luttait contre le racisme et l'ostracisme, Lilah, soeur d'Ezra, entre en guerre contre l'extrémisme religieux dont les femmes ? la moitié de l'humanité ? sont frappées?En 397 avant J.-C., Lilah entrevoit le destin de son frère bien-aimé, Ezra: être l'instigateur du renouveau du peuple juif, qui, au cours de siècles d'exil à Suse et Babylone, a oublié ses origines, et parfois même son dieu. En accord avec le roi de Mésopotamie, Ezra part pour Jérusalem afin de reconstruire le Temple détruit et de rappeler aux Juifs leur identité. D'une intelligence aiguë, fin connaisseur des lois de Moïse, Ezra a une idée de génie qui permettra la survie de l'identité juive à travers les siècles: ce n'est pas en érigeant des temples que le peuple juif survivra, mais en inscrivant dans sa mémoire, génération après génération, les textes bibliques. Cependant la ferveur religieuse d'Ezra tourne à l'intransigeance: pour conserver la pureté du peuple juif, il ordonne la répudiation de toutes les épouses étrangères et de leurs enfants. Révoltée par la douleur de ces femmes, Lilah se dresse contre l'extrémisme de son frère et organise la résistance.Après avoir assumé un destin de femme seule pour seconder Ezra, Lilah est confrontée à une déchirure. Quand celui qu'elle prenait pour un visionnaire tombe dans les excès du fanatisme, elle doit choisir entre son amour pour lui et sa conscience.

  • Qui était Sarah, d´où venait-elle, oùétait-elle née? En romancier, mais sans jamais trahir la Bible, Marek Halter recrée la jeunesse de Sarah, aristocrate sumérienne née à Ur il y a quatre mille ans. Fille d´un riche marchand, lettrée, dotée d´un fort tempérament, Sarah refuse le mariage que lui a arrangé son père. Elle s´enfuit et rencontre le jeune Abraham, un étranger pauvre qu´elle va aimer. Afin de se rendre provisoirement impropre aux épousailles voulues par sa famille, elle avale une drogue qui, trop fortement dosée, la rend stérile. Elle devient prêtresse d´Ishtar, déesse de la Guerre. Sa beauté la destine àêtre déflorée par le roi, en une cérémonie sacrée. Alors Abraham l´enlève, et la saga biblique commence...Tandis qu´Abraham poursuit son dialogue avec le Dieu Unique et Invisible, pour une alliance entre Lui et les Hommes, Sarah se bat afin d´imposer sa place dans une société qui méprise les épouses au ventre sec. Elle traverse les épreuves de la stérilité- l´adoption, la jalousie envers la mère porteuse qu´elle a pourtant choisie, la conception inespérée - jusqu´au moment où elle reconnaît enfin la puissance du Dieu d´Abraham. Il lui permet alors de mettre au monde un fils, Isaac.

  • L'ancien testament

    Thomas Römer

    Ce que les chrétiens appellent « Ancien Testament » correspond en partie mais en partie seulement au texte de la Bible hébraïque. Quelles sont les différences entre les deux textes ? Comment expliquer la formation du canon biblique, cette composition dans laquelle la tradition a consacré le texte sacré ? En archéologue des mots, le professeur Thomas Rmer mène l'enquête et met au jour, sous les strates accumulées par les multiples compilateurs et rédacteurs, les origines diverses d'un livre pas comme les autres. Appliquant la méthode historico-critique, il retrace la formation des trois parties de la Bible en les situant dans leurs contextes socio-historiques respectifs. Une plongée fascinante qui vous fera lire la Bible d'un oeil neuf !

  • En 1520, Martin Luther brûle la bulle lui signifiant son excommunication. Par ce geste, sa contestation menée jusqu'alors à l'intérieur de l'Église catholique se mue en protestation hors d'elle. Dans les années qui suivent, des mouvements de réforme deviennent la Réforme, la Réforme se transforme en protestantisme, la rupture en organisations et institutions, la protestation en pouvoirs, l'hérésie en nouvelles orthodoxies. Aujourd'hui, l'expansion de cet ensemble confessionnel dans le monde entier et, en particulier, la vitalité du mouvement évangélique contrastent avec les difficultés que le protestantisme rencontre dans un Occident de plus en plus sécularisé. Jean Baubérot, en retraçant l'histoire du protestantisme, interroge son rapport à une modernité qu'il a contribué à faire émerger et qui est à présent en crise.

  • «Le monde religieux est en pleine ébullition. Les transcendants de chaque camp peuvent dorénavant se battre en expliquant qu'ils ont un mandat direct de (leur) Dieu. Tous ces nombreux Dieux uniques et miséricordieux empreints de paix et d'amour comme il se doit ont eu à faire face aux délires mortifères de leurs ­disciples et à l'arrivée massive et incontrôlée de morts aux portes de leur paradis. Ils doivent tous ensemble convoquer les hommes pour les ramener à la raison. Est-ce que quelqu'un a leurs adresses ? »

    Haut fonctionnaire, énarque, historien, Pierre Conesa est également chercheur associé à l'IRIS.

empty