• Dans la vie d'Ethan Claudel comme dans les séries, il y a des épisodes inoubliables et des personnages qu'il n'a pas envie de quitter, des rêves qui se construisent au fil des saisons, des événements qu'il ne comprend pas, des mondes qui se renversent, des évasions et des apocalypses auxquelles il devra survivre. Les oiseaux résistent bien aux météorites, alors pourquoi pas lui ?

  • - Voler
    - Aller sur la Lune
    - Escalader la plus haute montagne du monde
    397.
    C'est le nombre de jours restant avant que la mère de Red soit libérée de prison. Avant qu'elles soient à nouveau une famille. Avant que Red retrouve enfin sa place.
    Ballotée d'une famille d'accueil à l'autre, la jeune fille continue la liste commencée avec sa grand-mère : celle de ce qu'on croyait impossible jusqu'à ce que quelqu'un le fasse. Il est important, disait Gamma, de faire la différence entre ce qui est impossible et ce qui est difficile. Or, pour Red, vivre sans sa mère, apprendre à maîtriser l'étrange pouvoir qu'elle a hérité d'elle et qui lui fait déclencher vents et tempêtes - tout cela est bien sûr difficile, mais relève aussi
    de l'impossible.
    Pourtant, lorsqu'elle est placée chez les Groove, un couple aussi excentrique qu'aimant, c'est justement l'impossible qui semble se produire : l'orage qui gronde en elle s'apaise un peu...
    Mais pour combien de temps ?

  • Où es-tu, maman ?

    Cathy Glass

    Élevée par une mère droguée et alcoolique, la petite Melody, 8 ans, vit dans un sous-sol froid et humide, ne mange pas à sa faim et ne va pas à l'école. Mais, derrière ce cas de maltraitance ordinaire, se cache une réalité plus complexe... et plus douloureuse. À Cathy Glass, mère d'accueil, de lui redonner le sourire. Ses récits ont déjà touché 3 millions de lecteurs.
    Élevée par une mère droguée et alcoolique, la petite Melody, 8 ans, vit dans un sous-sol froid et humide, ne mange que rarement à sa faim, ne se lave pas et ne va plus à l'école.
    Lorsqu'elle est confi ée à Cathy Glass, son histoire apparaît tristement banale à cette maman d'accueil habituée à recevoir chez elle des enfants en grande détresse.
    Mais, derrière ce cas de maltraitance, se cache une réalité plus complexe... et douloureuse. Avec douceur, Cathy va tenter de redonner confiance à la fillette.

  • Au milieu du XXe siècle, le choc et le désarroi d'une orpheline née au bord de l'Océan, recueillie dans les Pyrénées par une tante malveillante.
    Dans un village côtier de l'entre-deux-guerres, près de l'île d'Oléron, la petite Violaine vit heureuse au sein d'un environnement marin solidaire, où la principale richesse est l'ostréiculture, quand la mort de ses parents bouleverse son existence. L'orpheline est confiée à une tante qui habite un village des Pyrénées, près de Lourdes. Pour la fillette qui aimait tant l'Océan, l'accueil hostile de sa nouvelle famille et la vue oppressante des montagnes sont une terrible épreuve. Seule Sidonie, l'Espagnole aux dons de guérisseuse, touchée par la détresse de Violaine, va l'aider à reprendre goût à la vie...

  • Qu'ils vivent en famille d'accueil ou en foyer, la plupart des adolescents relevant de la protection de l'enfance, comme tous ceux de leur âge, possèdent aujourd'hui un smartphone. Alors que les mesures de placement cherchent à séparer les lieux de vie pour leur permettre de se reconstruire loin d'un milieu familial jugé inadapté, cet outil technologique constitue un cordon relationnel, qu'ils peuvent gérer de manière autonome. Quels usages en font-ils ? Peut-on les considérer comme bénéfiques ou au contraire comme dangereux ?

    En l'absence de consignes officielles précises, les professionnels de la protection de l'enfance (assistants familiaux, éducateurs, référents, coordinateurs, juges...) doivent trouver de nouveaux ajustements pour faire cohabiter pratiques juvéniles, communications familiales et mesures de protection. À partir d'une analyse des décisions de justice et de la réalité des pratiques, les auteurs montrent les marges de manoeuvre possibles entre le maintien d'un cadre formel et l'élaboration d'un accompagnement qui tient compte du parcours familial des enfants et des innovations socionumériques.

  • Qu'elles concernent des enfants français ou venus de l'étranger, les adoptions en France sont de plus en plus rares. Dans le même temps, un nombre croissant d'enfants déjà un peu grands se trouvent délaissés. Pas toujours adoptables, ni juridiquement ni psychologiquement, ils ont pourtant besoin de familles qui les accompagnent pour construire leur future vie d'adulte.

    Des alternatives à l'adoption, notamment à l'adoption plénière, existent, les unes déjà anciennes, les autres très récentes, peu connues. Ces alternatives donnent du temps au temps, pour se découvrir, s'habituer les uns aux autres, s'apprécier, approfondir la relation. Elles présentent de la souplesse, s'adaptent aux cas particuliers, peuvent évoluer et déboucher sur de vraies adoptions, affectives et parfois juridiques : adoption simple, parrainage, tiers bénévole ou tiers digne de confiance.

    Illustré de témoignages, cet ouvrage montre combien ces statuts sont des chances inouïes pour ces enfants qui découvrent que la vie peut être riche d'échanges, de confiance, de présence... et qu'ils sont aussi des chances inouïes pour les adultes, qui ont ainsi l'opportunité de nouer avec des enfants en manque de liens des relations affectives fortes, sincères, durables, au-delà même de ce qu'ils imaginaient.

  • Les liens du coeur plus forts que les liens du sang
    Stéphanie a des parents qui se révèlent très tôt incapables de s'occuper d'elle et elle doit être placée en pouponnière à l'âge de trois mois, puis dans une famille d'accueil où elle peut se sentir en sécurité et se construire émotionnellement. Mais lorsqu'elle a 10 ans, sa mère profondément déprimée, qui ne fait preuve d'aucun sentiment à son égard, qui ne s'est jamais intéressée à elle, demande à ce que Stéphanie vienne vivre chez elle. Des juges acceptent d'écouter les raisons de cette adolescente qui veut rester là où elle a grandi en sécurité, jusqu'à ce qu'une magistrate décide que ce n'est pas à elle de décider, quelles que soient ses raisons et quelles que soient les faibles qualités éducatives de sa mère, d'ailleurs jamais évaluées. Stéphanie part en courant dans les couloirs du tribunal et ne voit pas d'autres issue que de se tuer en se jetant dans la cage d'escalier, mais renonce au dernier moment.
    Au lecteur de découvrir la suite de ce combat bouleversant.

  • « On ne sait pas quoi faire de nous. Alors on nous déplace sans cesse.
    Nous sommes des enfants de l'Aide sociale à l'enfance. Des parents, nous n'en avons pas. Ou cassés, hors-service parental.
    Normalement, l'État est cet ami qui nous veut du bien, nous donne des parents d'appoint pour remplacer les nôtres. Normalement, l'enjeu, c'est notre bonheur. Mais nous sommes des cas sociaux : dans notre monde, "normalement" n'existe pas. Nous ne sommes que des dossiers plus ou moins épais, du papier corrompu à chiffonner et à jeter. À force, nous devenons des bêtes sauvages.
    Moi, j'ai décidé de me battre, de faire mentir les statistiques, de m'en sortir. C'est cet itinéraire à travers la violence que j'ai voulu raconter, pour en montrer les issues de secours. »

  • Comment faire pour que le placement soit réussi, qu'il soit accepté par les enfants et par les parents et que ceux-ci ne soient pas disqualifiés ?

    Pour placer un enfant, il faut le déplacer ; pour le transplanter, il faut le déraciner, l'arracher à sa famille, à ses frères et soeurs, à ses amis, à son quartier, le plonger dans un univers inconnu, étranger, angoissant. Comment faire pour que la rupture ne soit pas un traumatisme supplémentaire ? Comment l'accueillir, avec ses souvenirs douloureux, ses colères, sa violence, sa peur, comment faire pour que le placement ne soit pas une tragédie, pour que l'enfant se tranquillise, se stabilise, retrouve des repères, reprenne confiance en lui et dans les autres, et recouvre l'enfance qui lui a été volée ?

  • ATTENTION ! Tassez-vous de là ! La course des champions, c'est MOI qui vais la gagner !

    M'entraîner ? Inutile ! Je suis tellement bon ! De toute façon, je n'ai pas le temps. J'ai trop de mauvais coups à réaliser, comme :

    - Mettre un coussin péteur sur la chaise de madame Geneviève.
    - Couper une des tresses de Bernadette.
    - Coller les genoux de Le-nerd sous son pupitre.
    - Créer une invasion de coquerelles à l'école (ouaaaaache !).
    - Remplir les toilettes de papier pour les faire déborder.

    David, mon tuteur, essayera sans doute de contrer mes plans. On verra bien s'il y arrivera!

    Un personnage haut en couleurs qui dissimule un être attachant sous sa carapace de méchant !

  • Même si elle est rarement évoquée et/ou analysée, la vie quotidienne est déterminante dans la pratique des équipes de psychiatrie et elle reste un enjeu vital pour les personnes psychotiques, qu'elles soient enfants ou adultes. des partenaires de l'équipe soignante témoignent ici de leurs pratiques et de leurs avancées théoriques en acceptant de se confronter à des questions telles que : comment s'articulent dans nos expériences professionnelles les thérapeutiques et la vie quotidienne ? comment faire vivre la psychiatrie de secteur et organiser les lieux de soins pour tenir compte de la vie quotidienne ? comment fonder, à l'instar de freud, une psychopathologie institutionnelle de la vie quotidienne ?

  • En mettant le pied dans sa nouvelle famille d'accueil, Emma ne croyait pas qu'elle y serait encore six mois plus tard. Et pourtant, elle est toujours là, à marcher sur un fil de fer et à se demander quand les choses se mettront à mal aller. Comme toujours. Faire face à ses démons n'a jamais été facile, pour Emma. Lorsque son passé la rattrape, la jeune fille n'a d'autre choix que d'accorder sa confiance aux gens qui l'entourent. Mais le plus dur reste encore à faire. Aimer Gabriel... Le laisser entrer dans sa vie, ne pas le repousser et accepter de tendre la main. Emma ne se sent pas prête à faire tout cela. Mais elle a devant
    elle quatre saisons.
    Quatre saisons pour ouvrir son coeur et pour apprendre à aimer...

  • Seule une lettre sépare la vie du vide, un seul faux pas suffit à mener à l'abîme. Un pas de trop que franchit Matthieu, le père de Clarisse. L'adolescente de treize ans se voit alors placée sans tarder dans une famille d'accueil. Réussira-t-elle à se trouver, à retrouver son père ? Parviendra-t-elle à rencontrer la vie et les autres ? Vous découvrirez la réponse dans cet incroyable ballet de plumes, chorégraphié par les écrits que s'échangent tous les acteurs de ce roman passionnant. A partir de 10 ans. Prix des lecteurs de Lorraine 2009.

  • "Les auteurs, praticiens, chercheurs, responsables, élus, explorent ici les voies possibles pour améliorer la qualité de l'accueil due aux jeunes enfants et à leurs parents.

    L'ouvrage vise à donner du corps et du sens au terme « curriculum », désignant l'ensemble d'objectifs, de valeurs, de normes qui sous-tendent et encadrent les pratiques d'accueil, à l'échelle nationale ou locale. Des praticiens, chercheurs, responsables apportent leurs analyses et leur expérience sur les ingrédients constitutifs d'un tel cadre et les modalités démocratiques de son élaboration."

  • Ville de Québec, août 1932

    Pendant que la Crise économique fait des ravages, semant chômage et misère sur son chemin, le quartier Saint-Sauveur est endormi lorsqu'un terrible incendie se déclare dans la maison de Louis et de Florence. Seules la petite Marie et sa mère réussissent à s'extirper des flammes, alors que Louis et son fils Pierre périssent... Florence, qui a grandi dans un orphelinat à la suite du décès de sa mère, est recueillie par sa belle-famille. Mais la reine du foyer, Alexina, est dévastée par la mort de son fils. Elle n'a jamais aimé que lui et déteste d'autant plus l'intrigante qui a volé son coeur, maintenant qu'elle doit lui faire une maigre place sous son toit.
    />
    Or, la santé mentale de Florence chancèle depuis le drame et elle est placée temporairement dans le trop célèbre hôpital Saint-Michel-Archange. C'est pendant son séjour qu'Alexina, par l'entremise de Jules, son mari soumis, décide qu'ils devront se débarrasser de Marie...

    De son côté, le commerçant Victorin Dufour est amoureux de Florence depuis le premier regard qu'il a, jadis, posé sur elle. Puisqu'elle était mariée avec son commis, le vieux garçon a toujours gardé ses sentiments secrets. Mais la mort tragique de Pierre change tout... Lorsqu'il apprend avec stupeur que Florence se retrouve à l'asile, il décide de tout faire pour lui redonner le goût de vivre. Avec respect, douceur et tendresse, il perce peu à peu la coquille de la femme de ses rêves, jusqu'à ce que ses efforts lui permettent de redevenir elle-même et de quitter pour de bon ces sinistres lieux. Mais une nouvelle atroce concernant sa fille Marie la frappe alors de plein fouet...

    Ce roman, qui accumule les rebondissements et les situations émotives, est teinté de respect, de bonté et de maturité. Grâce à ses ambiances bien dessinées et à ses personnages plus vrais que nature, la plume de Lise Bergeron fait revivre avec justesse la réalité d'un quartier de la ville de Québec et de ses habitants.

  • Que signifie « faire famille » pour un enfant séparé de ses parents et élevé par une famille qui n'est pas la sienne ? Qu'en est-il des liens affectifs et électifs qu'il développe au quotidien avec les adultes mais aussi l'ensemble des enfants, ceux de la famille d'accueil et sa propre fratrie ?

    Les auteurs rendent compte de la diversité et de la complexité des liens affectifs dans les différentes situations d'accueil possibles. Ils analysent les modes de suppléance propres à la parentalité d'accueil et, dépassant l'opposition binaire des liens (lien de filiation, lien d'affiliation), ils restituent toute la richesse des places de chacun et des relations affectives développées au sein de la famille d'accueil.

    Cette analyse s'inscrit au sein du débat contemporain sur les mutations familiales et la parentalité. En croisant les approches sociologique et juridique, les auteurs interrogent le rapport à la filiation, les liens et expériences fraternelles, les modes de transmission, d'échanges, les fonctions et les rôles parentaux. Ils interpellent le droit sur ces situations de vie singulière et apportent des propositions juridiques qui, au-delà de la loi de 2016 sur la protection de l'enfance, répondent au plus juste aux cas de pluriparentalité observés et permettent une sécurisation des parcours et une reconnaissance de liens affectifs.

  • La protection de l'enfance s'est longtemps appuyée sur une logique du OU : OU on soutenait la famille (AEMO, AED...), OU, si les problèmes paraissaient trop graves, on plaçait l'enfant, souvent pendant des années, ce qui aboutissait parfois à sa mise à l'écart de sa famille. L'auteur propose une approche neuve de la protection de l'enfance, guidée par une logique du ET, qui implique de déployer un soutien - bien plus conséquent qu'en AEMO ou en AED - au domicile familial.

    Jean-Pierre Thomasset a pu constater les effets de cette clinique neuve, qu'il nomme « clinique de la Place », dans le Service d'adaptation progressive en milieu naturel (SAPMN) du Gard depuis le début des années 1980. Il en transmet la culture et propose les outils concrets pour la mettre en oeuvre. À partir de son expérience, il repère en quoi cette pratique s'inscrit, au-delà des discours traditionnels de la contrainte, des affects, du savoir, dans un quatrième discours qui prend acte de la place de chacun : le parent détenteur de l'autorité parentale, le mineur soumis à cette autorité, le professionnel chargé de remplir une mission de service public.

  • Avril a seize ans et sa mère vient de mourir. C'est pourquoi la jeune fille doit quitter la petite ville minière où elle a toujours vécu, très loin au Nord, au milieu de la forêt et des lacs. On lui a trouvé une famille d'accueil, dans la Cité. Mais Avril ne peut supporter la vie dans une maison si étrangère pour elle. Et elle s'enfuit. Au hasard des rues, elle rencontre Érik, Florence et David. Quatre destins qui s'unissent pour sauver un rêve fou, celui d'un jardinier qui eut l'idée de planter une forêt au coeur du quartier pauvre de la Cité. Mais des promoteurs sans scrupules menacent de détruire cette forêt. Comment peut-on poursuivre un rêve quand on compte pour si peu devant la volonté des décideurs de la Cité...

  • Le coffret Lovelie D'Haïti comprend les trois tomes de la trilogie : Lovelie D'Haïti o Le temps des déchirures o La saison des trahisons
    La série Lovelie d'Haïti raconte le destin tragique d'une jeune Haïtienne exilée au Québec par ses parents qui espéraient pour elle une vie meilleure. Cependant, dès son arrivée à Montréal, Lovelie devient l'esclave de sa famille d'accueil, puis victime d'un réseau de prostitution juvénile. À l'adolescence, Lovelie mène enfin une vie heureuse dans sa nouvelle famille d'adoption et son avenir s'annonce prometteur. Mais Haïti est à feu et à sang, et le père de Lovelie arrive à Montréal avec ses frères et soeurs, ainsi que sa nouvelle épouse. Lovelie doit aller habiter avec eux. D'abord réjouie de retrouver les siens, elle comprend rapidement qu'un nouvel enfer commence pour elle.

    Malgré les obstacles, Lovelie parviendra-t-elle à prendre sa vie en main ?

  • Ainé d'une famille unie, beau bonhomme et bon joueur de football, Sébastien Tardif a un bel avenir devant lui. Mais un jour, le malheur heurte sa famille de plein fouet, après un grave accident qui plonge la mère dans un profond coma.
    Sébastien et sa soeur cadette, Annie, sont confiés, par le Service de l'aide à l'enfance, à des familles d'accueil distinctes. Inquiet pour sa jeune soeur et déterminé à voir à nouveau sa famille réunie, Sébastien entamera, à pied, à la nage, en auto-stop, un long périple parsemé d'embûches, de dangers et de belles rencontres, qui le mènera d'Ottawa à Kingston, où son père est incarcéré.
    Accidents, fraude, vol, poursuite, fuite, entrée par effraction, noyade... les amateurs d'aventures seront servis à souhait par ce récit captivant.

    Chérissant les valeurs de la famille, de l'entraide et de la persévérance, mais aussi de l'audace et de la débrouillardise, Pierre-Luc Bélanger illustre bien dans ce premier roman que, parfois, «la fin justifie les moyens».

  • Il aura fallu cinq ans avant qu'Élisa T. ne se décide à nous servir le reste de sa vie. Violentée et abusée physiquement par sa mère et le concubin de cette dernière pendant seize ans, cette seconde enfant, d'une famille de dix, sera retirée in extremis de sa famille grâce à l'intervention efficace de son directeur d'école.

    Après une difficile période d'adaptation dans des foyers d'accueil, la courageuse adolescente découvrira peu à peu le monde extérieur. Élisa quittera tôt l'école pour se trouver un premier travail dans un restaurant. Toutefois, elle n'oublie pas son passé, et aidera quelques frères et soeurs, restés dans ce qu'elle appelle «l'enfer», à quitter cette maison «maudite».

    Elle trouvera son «prince charmant», elle enfantera d'une première fille dans l'ignorance et la solitude et, enfin, se mariera pour prouver à sa mère qu'elle avait tort de lui prédire qu'aucun homme ne voudrait jamais d'elle.

    Afin de se vider le coeur une fois pour toutes, elle se met tranquillement à la rédaction de son journal intime qui raconte avec force détails ses seize années d'enfant abusée. Élisa, par ses deux écrits sincères, demeure un exemple vivant de courage pour tous.

  • La fugue

    Hebert Marie-Soleil

    Je m'appelle Joëlle.
    J'ai seize ans et je suis en fugue.

    - Tu ne me sembles pas en super forme, me lance l'homme qui m'a dépannée hier. Et j'ai remarqué que tu passes tes journées dans le métro.

    - Fiche-moi la paix !

    - Tu sais, ma belle, la police va facilement te mettre la main au collet si tu ne changes pas de moyen de transport. Ils te recherchent, ils vont passer les caméras de surveillance au peigne fin, et avec ta guitare, difficile de ne pas te repérer. Je peux t'aider, si tu viens avec moi.

    - Non, merci. Je vais partir dans une autre ville.

    - Ils te retrouveront ! Fais-moi confiance, tu seras en sécurité dans mon appartement. Nous pourrions même nous échanger de petits services...

    Ayant quitté sa famille d'accueil pour fuir ses ennuis et aspirer à une vie meilleure, Joëlle multiplie les rencontres, tantôt enrichissantes, tantôt inquiétantes... Les nouveaux tourments auxquels elle devra faire face l'empêcheront-ils de tourner la page sur son passé ?

  • Au centre de l'oeuvre est une femme à la personnalité et au parcours captivants. À son arrière-plan est un tragique épisode de la Deuxième Guerre mondiale qu'on s'étonnera de ne pas mieux connaître.



    En 1940, la guerre amène au Canada des enfants réfugiés. Mirka est ainsi accueillie, comme un petit oiseau farouche, par la famille Dumouchel. Marion a huit ans, Mirka en a sept. Arriveront-elles à s'apprivoiser mutuellement ?



    Ainsi débute l'histoire fascinante d'une femme rétive et impétueuse qui, en composant avec son passé troublant, sa famille adoptive puis celle qu'elle fondera, avec ses aspirations et son tempérament, traversera au Canada les décennies de l'après-guerre à la fin du siècle.



    /> Mirka mettra toute une vie à découvrir, à assumer et enfin à partager les secrets douloureux de ses origines. Mais ce passé perdu et retrouvé ne sera plus oublié. Ultimement, Mirka léguera à sa fille une mémoire et le devoir de la préserver.



    Ce roman promet le plaisir de lecture que recherchent les amateurs de sagas familiales, sans le foisonnement de l'intrigue que l'on associe à ce genre. Il évoque un milieu humain fascinant et peu connu, celui des Tsiganes dans l'Europe des années 30 et 40, leurs relations difficiles avec la société qui les entoure et les persécutions dont ils furent victimes. En suivant le grand arc d'une vie, il fait vibrer une forte personnalité accablée, mais aussi animée, par ses antécédents personnels et culturels.

  • En 1980, la petite Lovelie D'Haïti est arrachée à sa famille et à sa terre natale pour être placée dans une famille haïtienne, à Montréal. Lovelie comprend vite qu'elle est devenue l'esclave de cette famille, et que la réalité est tout autre que les rêves qu'on avait fait miroiter à ses parents. Maltraitée, elle devient la proie d'un gang de rue ayant mis sur pied un réseau de prostitution juvénile.
    Arrachée à ce milieu, Lovelie vit quelque temps dans une famille québécoise où elle mène enfin une vie heureuse. Mais de grands bouleversements surviennent encore. En Haïti, sa mère est morte, et son père arrive à Montréal avec ses frères et soeurs, ainsi que sa nouvelle femme. Lovelie doit quitter sa famille d'adoption québécoise pour aller vivre avec son père. C'est le choc des cultures!
    Lovelie survivra à ces nouvelles épreuves. «Elle survivrait toujours. Elle n'en voulait à personne, ni à Chomsky, ni au hasard, ni même à Dieu, si c'était lui qui décidait. Chacun s'arrangeait de son mieux avec son destin.»
    Dans le troisième tome, Lovelie est une jeune adulte qui, malgré de nouveaux obstacles, persévère et choisit de prendre sa vie en mains.

empty