• Et revoici Émilien, le héros de « Baby-sitter blues » ! Sa mère pense qu'il manque cruellement d'un modèle identificatoire masculin. D'un homme, quoi. D'un père. Lui qui n'a même pas une photo du sien. Aussi, tandis qu'elle essaie en douce de refaire sa vie, elle envoie Émilien en vacances chez son oncle Marc, beau gosse, sportif, tellement dans le coup qu'il en est fatigant pour un adolescent. Mais, quand Émilien commence tout juste à le supporter, sa mère le rappelle d'urgence : Martial, le père inconnu, vient de mourir en laissant un tas de pièces d'or, sesterces, écus... accumulés en écumant les bords de Loire. Martial était joueur : Émilien doit se montrer digne de son héritage en traversant un véritable jeu de piste pour le retrouver, avec messages codés, pièges et rebondissements. Escorté de Valentin, l'énigmatique frère de Martial, Émilien va croiser sur sa route des vieilles dames qui font tourner les tables, un curé pendule et un moulin fantôme ! Alors, ce trésor, on va le chercher ?

  • Carter Jones n'en revient pas. Alors qu'il se réveille un beau matin, voilà qu'il trouve un véritable majordome anglais - avec chapeau melon et tout le tralala, s'il vous plaît ! - sur le pas de sa porte. Comme si survivre et comprendre le collège ne suffisait pas, Carter doit aussi s'adapter à la présence opportune de cet inconnu venu aider la famille Jones - un brin fauchée. Mais lorsque la colère et le chagrin deviennent trop lourds à porter, Carter découvre qu'un fardeau devient plus léger quand il est partagé.

  • Lili ne peut pas aller en colo avec ses frères. Elle passera ses vacances à Saint Denis chez tata Denise, l'oncle Jo, et ses sept cousins. C'est une grande famille qui fait beaucoup de bruit. Mais l'oncle Jo est silencieux et il passe ses journées à regarder par la fenêtre un terrain vague. « Ma pauvre Denise », disent les voisines. « Dieu nous protège », répond tata Denise. Un jour, l'oncle Jo disparaît. Lili attend son retour et voit sur le terrain vague une porte qui avance toute seule.

  • L'obsession des parents pour les résultats scolaires a parfois du bon. Un jour, Suzanne fait la connaissance de Tim, un étudiant anglais censé lui faire faire des progrès faramineux dans cette langue. L'anglais est très vite mis de côté car ce qui intéresse Suzanne comme Tim, c'est d'avoir de longues conversations sur des sujets graves et passionnants, ce qui est absolument impossible quand on ne sait dire que hello, good-bye et what time is it? Tim, lui, parle français. Un français plein de fautes délicieuses, mais assez riche pour pouvoir s'entretenir des livres de Rudyard Kipling, de la vie, de l'amitié et de l'amour. C'est la première fois que Suzanne rencontre un adulte qui apporte de vraies réponses à de vraies questions, et le fait même avec plaisir. Pourtant, un jour, une ombre s'installe : Tim est malheureux parce qu'il s'est disputé avec sa fiancée, et que le mal lui paraît irréparable. Suzanne est fermement décidée à lui venir en aide.

  • Hier soir encore, je disposais de parents normaux, tous deux âgés de 36 ans. Ce matin, à mon réveil, ils en avaient 11. Bien sûr, quand j'ai vu ces deux enfants à mon chevet, dans des pyjamas trop grands, je n'ai pas tout de suite compris.
    D'ailleurs, c'était l'heure de se préparer pour le collège... Le collège ! J'ai deviné que tout partait de là. Depuis le début de l'année scolaire, je détestais la sixième. Et mes parents, au lieu de me comprendre et de trouver une solution simple - m'offrir un tour du monde, par exemple -, répétaient à l'envi qu'ils adoreraient avoir mon âge.
    Moi, je répondais invariablement : « J'aimerais vous voir à ma place. » Apparemment, mon voeu vient d'être exaucé...

  • Antoine et Tony n'ont rien prémédité, rien comploté. Ce matin-là, ils ont fait la course sur le chemin du collège. Comme ça, pour s'amuser, pour savoir qui des deux courait le plus vite. Mais au bout du parking, ils n'ont pas ralenti, ni rebroussé chemin, ils ont continué à petites foulées, sans se concerter. La cité s'est éloignée et ils ont envoyé balader leurs soucis et leurs sombres pensées. Pour Tony, la hantise de se faire expulser vers l'Ukraine et d'avoir à quitter la France.
    Pour Antoine, la peur de prendre une nouvelle dérouillée parce que son père a envie de passer ses nerfs sur lui. Depuis ce matin où tout a basculé, ils courent côte à côte, en équipe.
    /> Ils se sentent capables de courir pendant des jours, tant qu'il leur restera une once de force. Fatigués mais terriblement vivants.

  • Lucien, treize ans, sait que les vrais ennuis commencent aux portes du collège et ne s'arrêtent pas là. Il y a toujours un prof pour vous réveiller en plein cours et vous coller deux heures. En permanence, il n'y a personne. Ni Basile, son ami fidèle rebaptisé Croûton, ni Rosa, sa vieille copine peintre morte il y a 120 ans.
    Là-bas, il n'y a que l'ennui. Et Lucien n'aime pas ça.
    Comme il n'aime pas : les quatrièmes, les sixièmes, les cinquièmes, les troisièmes...
    Pour s'occuper, Lucien a l'idée de dresser la liste de tout ce qu'il n'aime pas. Il est sonné devant l'ampleur de la tâche. Justement, Lucien vient d'atterrir sur le menton d'une fille. Elle s'appelle Fatou et c'est un phénomène.
    Tout le monde a peur d'elle. C'est dit, Lucien ne l'aime pas, et c'est réciproque. Fatou propose un duel : celui qui déteste le plus de choses au monde l'emporte. Ça, Lucien aime bien.

  • La première fois que Lucas Swain a rencontré Violet Park, elle était coincée sur une étagère, dans les locaux d'une compagnie de taxis. Pour être précis, ce n'est pas elle qu'il a repérée en premier, mais la boîte qui la contenait : Violet Park, réduite en cendres dans son urne funéraire, avait été oubliée à l'arrière d'un taxi et attendait depuis cinq ans que quelqu'un vienne la chercher. Lucas n'en savait pas plus, mais il avait calculé qu'elle était décédée l'année même où son père à lui avait disparu. Lucas s'est alors dépêché d'emmener la vieille dame morte ailleurs, dans un endroit agréable. Puis il s'est aperçu que tout le monde semblait la connaître. Elle n'arrêtait pas de surgir de partout, comme pour attirer son attention, pour lui dire quelque chose qu'il n'arrivait pas à comprendre... Un secret ?

  • Pour Antoine et ses amis, l'été qui commence sépare les années lycée de l'entrée à l'université. Si tous (Mehdi, Hannah, Alice) savent déjà ce qu'ils vont faire, ce n'est pas son cas. En pleine incertitude, y compris familiale - car sa mère a un nouveau compagnon qui ne lui plaît guère -, Antoine broie du noir depuis qu'Hannah et lui ont rompu. Faute de mieux, entre deux fêtes trop arrosées, il se console dans les bras d'une jolie blonde et accepte un petit boulot dans une maison de retraite.
    Mais le temps presse, et il faudra bien qu'il décide ce qu'il veut faire de sa vie, avec ou sans Hannah.

  • Avant, Kin et Jen vivaient heureux sur leur petite île de Yun. Ils regardaient le soleil couchant, jouaient sur le sable, exploraient tous les recoins. L'océan était la frontière de leur monde. Malheureusement, leurs parents n'ont plus les moyens de nourrir Kin et Jen. C'est pourquoi ils décident de les confier à monsieur Wai, un riche commerçant qui possède un bateau, afin qu'ils entrent à son service. Avec lui, ils traverseront la mer et chercheront une meilleure fortune sur le continent.
    Quitter l'île, Kin et Jen n'en ont aucune envie. Surtout que leur nouveau maître est un homme colérique, effrayant, méchant, qui envoie tout le monde au diable et voit des diables partout, dans une baleine ou dans un orage. Mais quel est donc ce diable qui obsède monsieur Wai ?

empty